Votre cure détox et randonnées au cœur de la Sologne

Votre cure détox et randonnées
au cœur de la Sologne
La Baudanière,
un lieu unique où la nature
vous accueille
Un séjour pour se régénérer
et retrouver la vitalité
Votre cure détox et randonnées
au cœur de la Sologne
Votre cure détox et randonnées
au cœur de la Sologne
Une parenthèse ressourçante
pour le corps et l’esprit
La terre pour se relier,
la détox pour se nettoyer
Votre cure détox et randonnées
au cœur de la Sologne

Il y a quelques années, j’ai découvert les extraordinaires bienfaits d’un simple jeûne d’une semaine pour se nettoyer de toutes les toxines, les idées parasites, le stress et tout ce qui encombre notre corps et notre esprit.

Se reconnecter à soi à travers les bruyères et les grands chênes de Sologne, et chemin faisant sur un relief sans difficultés, retrouver le calme intérieur, c’est ce que je vous propose aujourd’hui.

Caroline Tancrède
Naturopathe, éducateur de santé
Membre de l’OMNES et affiliée à la FFJR

Les incontournables de la détox

« Le jeûne est la stimulation la plus puissante des forces d’autoguérison de l’être humain, autant physiques que psychiques »

Dr Heinz Fahrner,
expert du jeûne,
médecin chef de la clinique Buchinger de 1953 à 1985

feuille-3
FAQ

En savoir plus sur le centre et la détox

Le jeûne thérapeutique est actuellement toujours interdit en France. Seul le jeûne bien-être est toléré sous réserve d’un certain nombre de points sur lesquels s’engagent notamment tous les centres affiliés à la Fédération Française Jeûne et randonnée (Voir charte FFJR…). En France les allemands Gertrude & Gisbert Bölling ont ouvert le premier centre de jeûne en 1990. Ce fut le début d’un grand mouvement de démocratisation et d’acceptation du jeûne dans notre pays. Le jeûne proposé par les centres agrées à la FFJR est inspiré directement de la méthode allemande du Dr Otto Buchinger qui assure 250 cal maximum / jour sous forme d’un jus de fruits pressé et d’un bouillon de légumes le soir. À eux deux, ils apportent une base de sels minéraux et de vitamines.

# Pourquoi le jeûne ? En jeûne, au fur et à mesure que les sucres circulants vont être utilisés, notre foie puise dans son propre glycogène ainsi que dans celui emmagasiné par les muscles pour le transformer en combustible qui est ensuite apporté aux cellules. Il les transforme en glucose. Puis quand cette source est tarie, le foie transforme les graisses de nos tissus en glucose via les corps cétoniques pour fournir de l’énergie aux cellules. C’est l’étape de la cétose, essentielle pendant le jeûne. Ainsi notre organisme produira autant de calories que nous en avons besoin, mais à un rythme lent.

# Pourquoi la marche ? Il est alors important de maintenir le corps en mouvement : celui-ci assure une bonne circulation du sang et de la lymphe dans les tissus afin que les corps cétoniques y parviennent et que les déchets en soient expulsés. Mais cet exercice doit être modéré à l’image de notre métabolisme qui fonctionne au ralenti. La marche est idéale pour stimuler les mécanismes de nettoyage et de filtrage qui s’opèrent au niveau des reins, du foie et des poumons. Elle permet aussi une sudation qui élimine, via la peau, les acides qui en temps normal, modifient notre PH sanguin et tissulaire. Enfin la marche évite la fonte musculaire. Grâce à une activité régulière pendant le jeûne, le corps est « informé » de la nécessité de maintenir les muscles en bon état. C’est pourquoi il ira d’abord puiser dans la réserve de graisses des tissus.

# Depuis des millénaires, les cultures et les religions du monde entier pratiquent le jeûne dans un objectif rituel mais aussi comme outil de prévention naturelle. Les prophètes Moïse, Jésus, Mahomet, Bouddha pour ne citer qu’eux, pratiquaient cette ascèse afin de se purifier et aiguiser leur esprit.

# En Russie, dès les débuts du soviétisme, les savants et médecins ont placé le jeûne, au cœur de la politique de santé publique. Depuis 1998, le jeûne thérapeutique y est officiellement reconnu. Il est pris en charge et fait partie intégrante de la politique de prévention de santé des Russes.

# En Allemagne 10 millions d’Allemands jeûnent chaque année. La pratique est encadrée dans des hôpitaux et des centres. Il est remboursé par la Sécurité sociale à raison d’un jeûne par an.

# En France, le jeûne thérapeutique est interdit. Seul le jeûne de bien-être est toléré. Plusieurs fédérations, dont la FFJR, regroupent quelques centaines de centres, qui en échange d’une adhésion, s’engagent à respecter une charte éthique et des pratiques encadrées.

Le jeûne que nous proposons, est qualifié de « jeûne hydrique » : il consiste à boire 1 à 3 litres d’une eau pure ou très peu minéralisée. Nous assurons la qualité d’une telle eau grâce au modèle déposé de filtration Berkey qui équipe notre fontaine à eau. L’eau peut être en partie remplacée par des infusions de plantes légèrement diurétique (pissenlit, queue de cerise…) ou reminéralisante (ortie, prêle…) ou détoxifiante (romarin, menthe poivrée…), à disposition dans notre tisanerie. Cette hydratation permet une bonne élimination.

Il ne faut pas confondre perte de poids et perte de graisse. « Les réserve de graisses d’un homme de corpulence normal peuvent assurer un jeûne d’environ 40 jours, celles de l’obèse beaucoup plus longtemps » rappelle le médecin nutritionniste Françoise Wilhelmi de Toledo. Pour perdre du gras, le corps doit s’attaquer à ses réserves de lipides. Or durant les premiers jours de jeûne, le corps puise dans ses réserves de sucres (dans le sang et le foie principalement). Ensuite seulement face à la pénurie, il puise dans les réserves de graisses qu’il transforme en corps cétoniques. Nos cellules telles des moteurs hybrides se mettent à utiliser les corps cétoniques au lieu du glucose comme carburant. Lorsque le corps fonctionne en cétose, l’énergie est importante. On estime en moyenne qu’en période de jeûne, le corps consomme 200 à 500 g de graisse par jour. En termes d’efficacité comparée 3 mois de régime équivaudraient à 1 semaine de jeûne.